Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Kadima, Agence immobilière ST MEDARD EN JALLES 33160

L'actualité de CENTURY 21 Kadima

LE DOMAINE DE FEYDIT

Publiée le 31/05/2017

Le domaine de Feydit

Présentation des moulins avec liste + cartes

Dans le quartier de Corbiac, dont l'espace est aujourd'hui en grande partie recouvert de pavillons, le long de la route de Feydit, se trouve une ancienne maison, isolée au milieu d'un parc, qui abrite aujourd'hui le Centre d'animation, propriété communale.


Edouard Féret, dans sa "Statistique" publiée en 1874, précise qu'il y avait là un des plus grands domaines de la commune de Saint-Médard-en-Jalles, connu sous le nom de Vieilleville.

Il appartenait à Auguste Feydit et s'étendait sur deux cent cinquante hectares. Les bois de pins en couvraient deux cents, les jardins maraîchers et les terres labourables trente et les prés dix.


Le vignoble du domaine, situé sur des terrains graveleux et de création récente, était cultivé avec le plus grand soin par son propriétaire. Il occupait dix hectares et était complanté en cépages de choix: carmenère, cabernet-sauvignon, malbec et merlot. Le château de Vieilleville, classé en cru bourgeois, produisait alors quinze tonneaux de vin rouge plein de finesse, de corps et de bouquet.


En 1908, le domaine de Vieilleville est encore plus étendu: trois cent trente-cinq hectares. Une partie autour du château couvrait environ trente-cinq nectares aonz neur en vignes. Le reste était en prairies et terres arables, louées en grande partie à des jardins maraîchers. L'autre partie du domaine comportait des forêts de pins âgés de trente-cinq ans environ.


Le "château" est une demeure de plan rectangulaire à deux niveaux, dont un de soubassement. L'élévation est ordonnancée sans travées. L'appareil, soigné, est un moellon recouvert d'un enduit à l'exception des entourages des fenêtres et des chaînages d'angle qui sont en pierre de taille. La toiture en croupe couverte de tuiles creuses surmonte une importante corniche décorée de denticules. Les deux façades les plus développées possèdent chacune un escalier dont la rambarde est en fer forgé.


De nombreuses ouvertures, fenêtres et porte-fenêtres éclairent la construction.
La demeure, seul vestige de l'ancien domaine, est aujourd'hui restaurée. L'intérieur, entièrement repensé, conserve toutefois une ancienne cheminée dans une des grandes salles du rez-de-chaussée.


Le parc qui entoure l'édifice garde quelques vieux arbres, d'essences variées, constituant ainsi un véritable arboretum. S'y côtoient arbres de Judée, arancaria, chêne rouge d'Amérique, chênes pédonculés, ifs, cèdre de l'Himalaya, puis maritimes et buleau pubescent.
 

Texte et image Fiche 40

Notre actualité